Les alternatives aux punitions – Mam’termante

Aujourd’hui nous sommes le 30 avril, c’est un jour particulier, celui de la journée contre la Violence Éducative Ordinaire.

Chaque année je vous fais un article sur les VEO pour vous en parler.

Bon je vous en parle aussi les autres jours, mais ce jour-là c’est un jour très important pour moi.

Je vous ai déjà parlé des VEO et de ses conséquences dans cet article

Ici c’était les réflexions que l’on entend quand on pratique une éducation non violente avec ses enfants.

Et l’année dernière je vous ai écris mon témoignage, une partie de mon enfance où j’ai connu les VEO et les conséquences qu’elles ont eues sur moi maintenant adulte.

Cette année, je voulais aborder avec vous les alternatives aux punitions.

À chaque article, post, photo que je publie c’est une question qui revient souvent.

On m’a déjà dit qu’il n’y avait pas d’autre solution pour que les enfants comprennent et même qu’on était obligé.

Alors que c’est faux, il existe plusieurs façons.

Les fessées, claques, coin… Ne sont pas obligés pour que son enfant comprenne qu’il a fait une bêtise, ce sont des VEO (Violence Éducative Ordinaire), elle ne feront pas comprendre à votre enfant qu’il a mal agi ou fait une bêtise, au contraire.

Je ne vais pas revenir sur tous les effets des VEO, vous les retrouver dans cet article qui en parle mais juste dire que les VEO n’aident pas votre enfant…

Car oui un enfant est un enfant, il fait des erreurs, des bêtises comme nous adultes.

Cet article n’est pas pour culpabiliser les parents qui utilise les VEO

Je vois déjà écrit les « maman parfaite », non je ne suis pas parfaite.

Il n’y a pas de parents parfaits.

On peut tous un jour ou l’autre mettre une fessée à son enfant, la fatigue, le stress, l’épuisement, burn-out ou tout simplement la non-information.

Cet article est là pour ça, pour informer et faire connaître les alternatives.

Qui a dit que le travail de parent était facile, c’est l’un des plus durs, il faut sans cesse se remettre en question.

Chaque enfant est différent en plus.

Le 1er conseil que je donne à chaque fois que l’on me demande quoi faire face à une bêtise, quelle réaction avoir, je dis : mettez-vous à la place de votre enfant.

Inverser la situation, votre enfant a cassé une assiette, d’accord vous êtes en colère, fâché, vous avez le droit de ressentir ces émotions, mais imaginer la situation inverser, si c’est votre mari ou votre maman qui casse une assiette, est-ce que vous lui mettriez une fessée ou au coin ?

Si c’est vous qui cassiez un vase dans le magasin et que votre mari, vous donne une claque, quelle serait votre réaction ?

On agit différemment avec les enfants qu’avec les adultes, alors que nous ne devrions pas faire de différence.

La parentalité bienveillante, est un long travail à faire sur soi, il faut casser toutes les idées que nous avons de nos parents/grands-parents/amis, que nous entendons à la télé, que nous lisons dans des magazines et surtout l’éducation que nous avons eu.

Les enfants ont parfois des changements d’humeur, ils peuvent se mettre en colère pour des choses futiles pour nous adultes, mais pour eux extrêmement important.

Il ne faut pas oublier que le cerveau des enfants n’est mature qu’à l’âge de 27 ans.

Hé oui une partie des personnes qui lit cet article, n’a pas son cerveau de mature encore. 😉

C’est pourquoi les connexions entre les 2 parties du cerveau ne se font pas.

Cette vidéo l’explique très bien, vous pouvez la montrer à vos enfants pour qu’ils comprennent comment fonctionne leur cerveau.

 

Il existe des alternatives aux punitions.

Après une technique peut fonctionner un jour et pas l’autre, les enfants sont comme nous adultes, il suffit de s’adapter et de proposer.

Les alternatives au coin, fessée, claque et autre punition :

Votre enfant a fait une bêtise, est énervé, crie, vous êtes dépassé par son comportement, vos ne savez pas comment agir, quoi dire, quoi faire … ces alternatives peuvent vous aider.

1-Faire un coin de retour au calme : livres, jouets, coloriages, jeux, coussins, exercice de yoga, dans un tipi par exemple, lui faire un petit cocoon où il pourra se détendre et faire redescendre la colère.

2Des bouteilles de retour au calme : simple à faire, juste de l’eau, une bouteille, des paillettes, des colorants alimentaires et de la glycérine.

Le fait de voir les paillettes tomber, va l’aider à s’apaiser.

15565363669136122617879609192921.jpg
une bouteille de retour au calme

3-Des câlins : les câlins libères de l’ocytocine, l’hormone du bonheur, ça aide beaucoup pour s’apaiser et faire descendre la colère.

Bien sur, demander à votre enfant s’il veut un câlin, avant de la faire, il a le droit de refuser, s’il refuse, renouveler votre demande quelques minutes après, quand la colère commence à descendre, il est possible qu’il accepte.

4L’écouter et parler : écouter son enfant, laisser lui vous raconter ce qui c’est passé sans l’interrompre.

Parler pour lui dire qu’il a le droit d’être en colère, savoir que vous comprenez sa colère, va lui permettre de voir qu’il est compris.

Parlez-vous aussi de vos émotions et ce que vous ressentez.

5Passer le relais : si votre conjoint est présent passer le relais, aller souffler dehors, d’autant plus si vous êtes la figue d’attachement de votre enfant.

S’il n’y a pas de conjoint, vous pouvez appeler les grands-parents, tante, oncle, famille, amis, voisins…

6-Crier : dehors c’est mieux pour les voisins, le fait de crier va libérer la colère en lui.

7-Souffler : inspirer, bloquer la respiration 3 secondes et relâcher tout, 3 fois de suite au moins, cela permet de faire retomber la colère, faite l’exercice avec vos enfants en même temps.

8-Réparer la bêtise : suivant ce qui s’est passé si c’est quelque chose de casser, il peut le recoller, en acheter un autre, si des vêtements sont tachés les laver, les mettre dans la machine à laver, nettoyer l’endroit si quelque chose est tombé…

Le but étant aussi que ça soit l’enfant qui cherche comment réparer sa bêtise, demander comment il compte réparer ce qu’il a fait.

9-S’excuser : demander pardon, aussi bien lui que vous, si vous vous êtes emporté.

L’éducation bienveillante, ce n’est pas du laxisme, les deux sont souvent confondus, il doit y avoir réparation de l’acte.

10-Si votre enfant a l’âge, vous pouvez faire un mélange d’huile essentielles.

Enfant de plus de 3 ans : petit grain bigarade et ylang-ylang, mélanger dans un flacon.

Enfant de plus de 6 ans et adultes : petit grain bigarade, ylang-ylang et lemongrass, mélanger dans un flacon et mettre une goutte sur le poignet.

Femme enceinte et qui allaite et enfant de plus de 3 mois : lavande vrai, petit grain bigarade, géranium et huile végétale de monoï.

 

Et vous, vous utiliser quelles techniques ?

Vous en pensez quoi des alternatives aux fessées et coin ?


*Hésiter pas nous suivre sur Instagram

*La page Facebook de Mam’termante

*Depuis peu, retrouvez-nous sur Twitter aussi 🙂

*Et à vous abonner au blog, si c’est pas déjà fait 🙂

 

Enregistrer

L’article Les alternatives aux punitions – Mam’termante à été publié en premier sur mamtermante.com

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*